== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 10 au 16 décembre 2018.

Rédigé le 18/12/2018
Union Populaire Républicaine

Photographie du barreau de Compiègne.

« Justice morte » : après les Gilets jaunes, la colère noire des avocats et magistrats

Les hommes de loi dénoncent une justice déshumanisée qui servirait une « logique purement comptable » portant atteinte aux justiciables, avec un accès aux tribunaux rendu plus difficile. Au cours de cette journée « Justice morte », ils ont orchestré de soigneuses mises en scène, se sont mis en grève d’audiences et ont organisé des blocages de tribunaux.

Source : RT France (12 décembre)

Les fermetures de tribunaux participent de la tendance générale à créer des déserts de services publics dans les communes rurales. Cela correspond à la fois à l’article 106 du TFUE, qui impose la mise en concurrence des services publics – même régaliens –, et à l’austérité qui est imposée à la France par les GOPÉ et le TSCG. Les services publics, ainsi qu’une justice pour tous les citoyens, sont des aspirations fortes du peuple français, héritées de son histoire, et l’UPR les rétablira une fois au pouvoir.

Gilets jaunes

Plusieurs syndicats de police demandent aux Gilets jaunes de faire une pause

Certains représentants des forces de police demandent aux Gilets jaunes qu’ils suspendent leur mouvement, au moins pendant la traque du tueur de Strasbourg.

Source : le Figaro (13 décembre)

Aujourd’hui, le manque d’effectifs dans les forces de l’ordre et leur manque de moyens sont tellement criants que leur situation devient intenable. Elles subissent les conséquences des injonctions de la Commission européenne, qui exige de couper les moyens financiers des services publics pour mieux les démanteler. D’ailleurs, il serait bien commode pour Macron que le peuple souverain renonce à ses objectifs.

Après Airbus, des Gilets jaunes bloquent les accès du dépôt d’Amazon à Toulouse

Une trentaine de personnes ont bloqué les accès de l’agence de livraison du géant du commerce en ligne Amazon située dans le quartier Bordelongue. Elles réclament que le groupe américain paye ses impôts en France.

Source : la Dépêche (12 décembre)

Amazon est le symbole du libre-échange planétaire : quelle responsabilité face à la fameuse transition énergétique, à laquelle tient tant le gouvernement ? En plus de réclamer le paiement des impôts en France par Amazon, les Gilets jaunes envoient aussi un message important en faveur de la promotion des circuits courts et des petits commerces.

Un très mauvais point pour l’éthique du journalisme

Un adhérent de l’UPR a comparé deux articles du même journal, le Point, qui traitent d’un même sujet : la destitution du président de la République française par l’article 68 de la Constitution de la Ve République.

Source : UPR (11 décembre)

La comparaison est accablante et prouve à quel niveau de propagande est descendu Le Point, bafouant toute la Charte de Munich de déontologie du journalisme.

Le mot « dégage » disparaît d’une pancarte anti-Macron dans le JT de France 3

Plusieurs internautes se sont étonnés de la diffusion d’une photo de presse tronquée pour illustrer la mobilisation des Gilets jaunes à Paris lors de l’édition nationale du 19/20 de France 3 du 15 décembre. Sur la version originale de ce cliché pris sur le parvis de l’Opéra de Paris par le photojournaliste Geoffroy Van der Hasselt et diffusé par l’AFP, on voit une grande pancarte sur laquelle figure le slogan « Macron dégage ». Or, sur la version de la photo diffusée au JT de France 3, le terme « dégage » ne figure plus sur cette même pancarte, on n’y lit donc plus que « Macron ».

Source : Huffington Post (16 décembre)

La télévision nationale est aux ordres de l’Élysée, à un point tel que cela devient grotesque. C’est la même télévision nationale qui se refuse à couvrir l’UPR, pourtant quatrième parti de France en nombre de militants, alors que TF1 avait couvert l’université d’automne de l’UPR.

Édition nationale du 19/20 de France 3 du 15 décembre. Le mot « dégage » a été retiré de la pancarte de ce Gilet jaune dans l’illustration du sujet lors du JT. Comme dans l’URSS de Staline où l’on « retouchait » les photos qui montraient des figures politiques tombées en disgrâce et que l’on enlevait des clichés ! Ci-dessous la photo originale :

Violences policières sur les Champs-Élysées

En fin de rassemblement à Paris le 15 décembre, une manifestante des Gilets jaunes accuse la police d’avoir bloqué un groupe de protestataires, qui demeurait sur les lieux, pour lui envoyer du gaz lacrymogène « sans qu’aucune sortie ne soit ouverte ».

Source : RT France (16 décembre)

Comment Macron pourrait-il encore oser dénoncer des violences policières à l’étranger, quand son régime perpétue de tels actes ?

Gilets jaunes – Réactions politiques

Macron annonce des mesures qui ne sont que de la poudre de perlimpinpin

Comme souvent avec Emmanuel Macron, il y a beaucoup de communication et peu de concret. Il pense amadouer les Gilets jaunes avec ces mesures, qui au final sentent la poudre de perlimpinpin. Il semble qu’Emmanuel Macron ait tout au plus gagné un peu de temps, appuyé massivement en cela par les grands médias, qui demandent aux Gilets jaunes de rentrer chez eux. À cet égard, il faudra aussi voir quelle sera la réaction de Bruxelles puisque ces mesures sont entièrement supportées par le contribuable et pour le moment non financées. Il n’est pas du tout exclu que l’UE demande des corrections à la France comme elle le fait actuellement avec l’Italie.

Source : UPR (16 décembre)

Pendant les annonces de Macron, le Sénat a allégé l’exit tax

Le Sénat a voté pratiquement au moment de l’allocution présidentielle un allégement de l’exit tax, qui sanctionnait certains exilés fiscaux. Cette disposition, qui permettait de taxer à hauteur de 30 % les plus-values réalisées à la suite de la vente d’actions par des Français riches et domiciliés à l’étranger, a ainsi été très largement assouplie.

Source : Huffington Post (10 décembre)

Une belle illustration du « en même temps » macronien par un Sénat totalement déconnecté de la réalité. Un beau cadeau aux riches et aux exilés fiscaux pendant que quelques miettes sont données aux pauvres.

Gilets jaunes : Wauquiez et Le Pen appellent à un retour au calme

Laurent Wauquiez demande aux Gilets jaunes de ne plus manifester, Mme Marine Le Pen demande que les Gilets jaunes fassent changer la situation « par les urnes ». M. Éric Coquerel dit soutenir les Gilets jaunes pour faire céder Macron.

Source : France info (12 décembre)

On sait ce qu’il advient lorsque le peuple souverain se prononce par les urnes : le référendum bafoué de 2005 en est un exemple tragique. M. Wauquiez voudrait pouvoir retourner à son petit confort et prie les Gilets jaunes de ne plus le déranger. M. Coquerel dit soutenir les Gilets jaunes, mais refuse de lancer la procédure de destitution du président de la République. Après Macron, les députés qui trahissent les demandes du peuple vont-ils devenir la nouvelle cible des Gilets jaunes ?

Le Gilet jaune Hayk Shahinyan annonce une liste aux européennes

La conversion politique du mouvement spontané des Gilets jaunes vient de passer un cap. Sur le plateau de France info ce lundi 10 décembre après les annonces faites par Emmanuel Macron pour tenter de désamorcer la crise, l’un des représentants de la mobilisation, Hayk Shahinyan, a annoncé sa volonté de présenter une liste aux élections européennes de 2019.

Source : Huffington Post (10 décembre)

Comment savoir si cet illustre inconnu va réellement défendre les revendications des Gilets jaunes, ou s’il n’est pas un autre pseudo-Gilet jaune poussé sur le devant de la scène pour mieux servir les intérêts de l’oligarchie ? Une chose est sûre : politiquement, on peut faire confiance à l’UPR, dont la charte n’a pas bougé depuis sa création en 2007 : l’UPR soutient activement les Gilets jaunes par sa demande d’activer l’article 68 sur la destitution de Macron, et a de longue date le référendum d’initiative populaire dans ses propositions.

La motion de censure contre le gouvernement Philippe rejetée

La motion de censure contre le gouvernement, émanant de trois groupes de gauche – socialistes, insoumis et communistes –, a été rejetée jeudi soir à l’Assemblée nationale, votée par seulement 70 députés. La majorité requise étant de 289 députés sur 577 pour que la motion soit adoptée.

Source : Sputnik (13 décembre)

Comme annoncé par François Asselineau, cette motion de censure était vouée à l’échec puisque la majorité à l’Assemblée nationale est composée de députés LREM. De plus, une motion de censure vise le gouvernement, alors que c’est bien la destitution du président et non du Premier ministre que veulent les Gilets jaunes ! Maintenant que la motion de censure a été rejetée, qu’est-ce qui empêche Mélenchon, Ruffin, Quatennens, Le Pen, Aliot, Dupont-Aignan, Lassalle et compères de lancer la procédure de destitution de Macron ?!?

Philippe annonce un débat sur le référendum d’initiative citoyenne

« Le référendum peut être un bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n’importe quel sujet ni dans n’importe quelles conditions », affirme le Premier ministre dans un entretien aux Échos, publié dimanche soir.

Source : Europe 1 (16 décembre)

Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) est une demande forte des Gilets jaunes, mais la restriction du Premier ministre (« […] pas sur n’importe quel sujet […] ») laisse fortement à penser qu’il ne sera pas possible de demander des sujets comme la révocation d’un ministre ou du président de la République, le refus du Pacte de Marrakech ou bien encore la sortie de l’Union européenne. On se souvient que le peuple autrichien avait demandé un référendum sur cette question, qui lui avait été refusé par le Parlement.

Le joker de l’oligarchie : Ruffin

Après ses opérations sans lendemain « Nuit debout » et « la Fête à Macron », Ruffin essaie d’enterrer le mouvement des Gilets jaunes en proposant d’organiser… des apéros devant les lieux de pouvoir pour faire plier Macron, tout en refusant mordicus de lancer sa destitution.

Source : UPR (10 décembre)

Cet article a déplu à des adhérents de la France Insoumise pro-Ruffin, qui nous l’ont fait savoir par des injures. Mais aucun d’entre eux ne s’est hasardé à démentir point par point notre démonstration et l’accablant exposé des faits : Ruffin a appelé à voter Macron au 2e tour, refuse bec et ongles de sortir de l’UE et de l’euro, refuse de lancer la procédure de destitution de Macron, refuse de condamner l’Otan et d’en sortir, et en est à la 3e couverture des Inrockuptibles, propriété du banquier ultra-macroniste Matthieu Pigasse !

France

L’une des ordonnances Macron les plus emblématiques invalidée par un tribunal

Les prud’hommes de Troyes ont invalidé une des ordonnances Macron, la jugeant incompatible avec le droit international. Un événement qui pourrait impliquer la fin du barème limitant les indemnités versées à un salarié en cas de licenciement abusif.

Source : l’Express (14 décembre)

Le principe est que les traités internationaux l’emportent sur les lois nationales. Or la France a ratifié – voici plusieurs décennies – certains traités internationaux qui vont à l’encontre de dispositions adoptées dans le cadre des réformes intervenues dans le droit du travail (lois El Khomri, Macron, etc.). Pour ce faire, le tribunal s’est appuyé sur les textes suivants : la convention no 158 de l’OIT, ratifiée en 1989 par la France, et le texte fondateur de la Charte sociale européenne, ratifiée par la France en 1999.

Contribution des entreprises envisagée pour limiter le déficit

Le gouvernement n’exclut pas de faire participer les plus grandes entreprises à l’effort nécessaire pour limiter le dérapage du déficit hors des clous européens à la suite des concessions consenties aux Gilets jaunes, a déclaré mercredi Bruno Le Maire. Plusieurs chefs d’entreprise reçus quelques minutes auparavant à l’Élysée par Emmanuel Macron en sa présence ont pourtant déclaré qu’il n’avait pas été question de les mettre à contribution.

Source : la Tribune (12 décembre)

Encore une illustration du « en même temps » macronien. Les GOPÉ imposent de réduire les taxes sur la production (donc sur les entreprises). C’est donc un pur effet d’annonce que le gouvernement européiste savait déjà voué à l’échec.

Étudiants étrangers : mobilisation contre la hausse des frais d’inscription

La conférence des présidents d’université demande au gouvernement de suspendre la hausse prévue des frais d’inscription pour les étudiants extracommunautaires, estimant que cette hausse « porte en elle le risque important d’exclure des étudiants et des doctorants ». Depuis la semaine dernière, des étudiants se mobilisent contre cette annonce du gouvernement.

Source : RFI (11 décembre)

Avec cette hausse des frais d’inscription, le gouvernement saborde un outil d’influence et de rayonnement. Notons qu’elle ne touche que les « extracommunautaires » : donc, dans l’idéologie de la construction européenne, les pays « torchons » hors UE. Pourtant, ceux-ci sont très largement majoritaires parmi les étudiants étrangers qui choisissent la France, notamment des Maghrébins et des Africains.

(Jean-Philippe Ksiazek – Getty images)

Montpellier : pistonné par LREM, un ancien « bénévole » auprès de Macron s’empare d’un juteux contrat

Gérée par un « bénévole » de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron et employant un de ses anciens gardes du corps, la société APS Sud a décroché un fructueux contrat avec l’université Paul-Valéry de Montpellier, en contournant les règles d’appels d’offres et de mise en concurrence.

Source : RT France (12 décembre)

Les promesses de renouveau de Macron étaient aussi une escroquerie dans le domaine du copinage et des contrats publics truqués.  Cela pue l’ancien monde…

Gironde : Ford refuse l’offre de reprise, 850 emplois menacés

Le couperet est tombé. Ford a annoncé ce jeudi dans un communiqué qu’il écartait l’offre de reprise de Punch Powerglide pour son unique usine française de Blanquefort, en Gironde.

Source : l’Express-l’Expansion (13 décembre)

Encore un désastre industriel à mettre sur le dos d’un euro trop cher pour notre compétitivité et sur la libre circulation des capitaux et des marchandises.

La France proche de se doter d’une nouvelle stratégie spatiale de défense

Le ministère des Armées est tout proche de remettre son rapport sur la politique spatiale de défense au président de la République, qui avait demandé le 13 juillet dernier de définir cette ambition pour les armées.

Source : la Tribune (12 décembre)

Sur ce sujet d’importance majeure pour les prochaines décennies, le rôle de la France devrait être de veiller au respect du traité de l’espace de 1967 et de ses principes (liberté d’accès à l’espace, interdiction des armes de destruction massive, etc.). Pourtant, on peut craindre que cette stratégie ne soit un pas de plus vers la militarisation de l’espace, que semblent imposer les grandes puissances et particulièrement les États-Unis.

La fécondité continue de baisser en France

Le nombre moyen d’enfants par femme est passé à 1,88 en 2017, contre 2 trois ans plus tôt, selon l’INSEE. Seule la fécondité des femmes immigrées se maintient.

Source : les Échos (13 décembre)

Cet indicateur est préoccupant et montre que la confiance des Français dans l’avenir diminue, avec des conséquences à long terme.

Union européenne

L’Espagne annonce une hausse de 22 % du salaire minimum

On pourrait croire qu’il s’agit d’un tacle à distance à Emmanuel Macron. Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé qu’il augmenterait par décret le salaire minimum de 22 %, lors du Conseil des ministres du 21 décembre, qui aura lieu à Barcelone. Cela constituera « la hausse la plus importante depuis 1977 ».

Source : l’Obs (12 décembre)

Theresa May a réchappé d’un vote de défiance sur le Brexit

Theresa May a survécu mercredi à un vote de défiance organisé par son camp, le Parti conservateur, hostile à son accord de Brexit conclu avec Bruxelles, mais, avec plus d’un tiers des députés l’ayant désavouée, le combat s’annonce acharné pour faire passer le texte décrié au Parlement.

Source : Romandie (12 décembre)

L’accord négocié, défavorable au Royaume-Uni, qui maintiendrait une forte servitude par rapport au marché commun européen, ne plaît pas aux parlementaires pro-Brexit. L’avenir reste incertain concernant la possible ratification d’un accord de sortie. L’absence d’accord entraînerait soit un report, soit un 2e referendum qui créerait un scandale outre-Manche, soit un « Brexit dur », qui n’est pas forcément synonyme de malheur : au contraire, c’est un scénario où le Royaume-Uni récupèrerait toute sa souveraineté.

L’UE et le Japon concluent un accord inédit

Le Parlement européen a approuvé mercredi un vaste accord commercial entre l’Union européenne et le Japon, le plus important jamais conclu, présenté comme « un symbole » face au protectionnisme de Donald Trump et à la crise politique qui entoure le Brexit. La conclusion de cet accord permet à l’UE d’affirmer son rôle de porte-drapeau du libre-échange, au moment où le multilatéralisme est plus que jamais remis en cause par les États-Unis.

Source : l’Essentiel (12 décembre)

La Commission européenne négocie les accords commerciaux au nom des États membres. On remarque le lien rompu avec le peuple par cette Commission non élue. En effet, alors que de plus en plus de peuples européens réclament davantage de protectionnisme pour protéger leurs emplois, la Commission européenne impose la vision inverse, celle inspirée par la doctrine du libre-échange mondial.

Sommet de l’UE : Juncker ébouriffe les cheveux d’une femme et en embrasse une autre

Filmées par les caméras des journalistes, ces femmes semblent un peu gênées… Sur la Toile, des internautes ont suggéré qu’il était saoul. Ce n’est pas la première fois que l’on soupçonne le chef de la Commission européenne d’être porté sur la boisson.

Source : Sputnik (14 décembre)

Jean-Claude « Drunker » a encore frappé. Celui qui conseille la modération budgétaire aux peuples d’Europe serait bien inspiré d’en faire autant pour la boisson… En outre,  il fait preuve d’un comportement machiste et proche du harcèlement sexuel qui ferait scandale s’il ne s’agissait de l’un des dirigeants de la mafia européiste.

(Sputnik)

L’Italie révise son déficit à 2 %, c’est encore insuffisant pour Bruxelles

La décision de Rome de prévoir un déficit moins important pour 2019 est « un pas » dans la bonne direction, mais « nous n’y sommes pas encore », selon Pierre Moscovici.

Source : BFM TV (13 décembre)

Encore et toujours Moscovici, commissaire non élu qui impose aux peuples d’Europe une austérité qui ne marche pas au nom des sacro-saints traités européens. Quant à Salvini et di Maio, ils s’aplatissent façon Tsipras. Comme les Français, les Italiens et les Grecs doivent désormais comprendre qu’il est inutile de voter pour « l’ultra-gauche » version Syriza ou France Insoumise, ou pour des « populistes » version Salvini ou Le Pen-Dupont-Aignan, qui promettent des changements radicaux mais qui refusent de sortir de l’UE.

Budget de la France : « Dépasser la limite de 3 % peut être envisageable »

Après les annonces du président, le commissaire européen Pierre Moscovici prévient : l’écart du budget de la France sera acceptable, mais « de manière limitée, temporaire, exceptionnelle ».

Source : le Parisien (11 décembre)

Les annonces de Macron sont non seulement de la poudre aux yeux, mais elles font aussi monter au créneau les dictateurs de la Commission européenne, qui détient le vrai pouvoir en matière de choix de politique économique.

Divers

Affaire Khashoggi : le Sénat américain accuse le prince héritier saoudien

Le Sénat américain a adopté jeudi 13 décembre, sans aucune opposition, une résolution tenant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman pour « responsable du meurtre » du journaliste Jamal Khashoggi.

Source : RFI (13 décembre)

Trump, qui cherchait à protéger son allié et bon client saoudien, essuie un camouflet du Sénat, qui a notamment entendu les conclusions de la CIA sur le meurtre de Khashoggi. Le Congrès s’opposera-t-il pour autant à la vente d’armes à l’Arabie saoudite ? On peut en douter.

Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié, selon une étude

Ce sont les résultats préliminaires d’une étude ambitieuse menée par les Instituts nationaux américains de la santé et révélés par la chaîne CBS. L’IRM a montré un amincissement prématuré du cortex, l’écorce cérébrale qui traite les informations envoyées au cerveau par les cinq sens.

Source : Romandie (10 décembre)

De nombreux pédopsychiatres ainsi que les recherches sur l’enfance tirent la sonnette d’alarme sur l’excès dès le plus jeune âge de l’utilisation des écrans et ses effets nocifs sur l’attention, la vue et, d’après cette étude, plus globalement, le cerveau.

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel, la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, André Marchal, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.