Qui est l'UPR ?

François ASSELINEAU - Président (Paris)

Né à Paris en septembre 1957, Diplôme de HEC, ancien élève de l’ENA dont il est sorti vice-major en 1985, Inspecteur général des finances, ancien membre de cabinets ministériels, François Asselineau est le Président-fondateur de l’UPR, qu’il a créée le 25 mars 2007 et qui s’est imposée comme l’un des principaux partis politiques français, à la fois en nombre d’adhérents et en audience sur Internet.

Charles-Henri GALLOIS : Trésorier et responsable en charge des questions économiques (Suisse)

Né à Nevers (Nièvre) en 1988, Charles-Henri Gallois a réussi le concours de l’école de commerce de Lyon (EM Lyon) et en est sorti diplômé en spécialité « Finance ». Il travaille désormais comme contrôleur financier dans la filiale installée en Suisse d’un grand groupe français très tourné vers l’exportation. De par sa formation et ses connaissances économiques, mais aussi de par son esprit indépendant qui aime à raisonner par lui-même, Charles-Henri était déjà très sceptique sur la viabilité de l’euro avant même de connaître l’UPR. Néanmoins, c’est la conférence « Qui gouverne la France et l’Europe ? » qui a provoqué chez lui un électrochoc. Après quelques semaines de réflexion seulement, il a rejoint l’UPR en 2012. Charles-Henri s’est alors rapidement illustré par ses convictions, ses capacités d’analyse et son sens de la pédagogie, et par sa volonté de s’impliquer activement au sein de l’UPR. Responsable national…

David ACUNZO (Italie)

Né en février 1984, David Acunzo est chercheur en neurosciences. Sa formation initiale est ingénieur télécom (Télécom Bretagne, maintenant IMT Atlantique), complétée par d’autres diplômes, en université (PhD à l’Université d’Édimbourg, Écosse), et en école (Mastère Spécialisé Mines de Paris, Université Tsinghua, Chine). David Acunzo est membre de l’UPR depuis août 2013. Expatrié en Italie, il est responsable de la coordination des délégations étrangères. Très sérieux et réfléchi, il a été membre de plusieurs commissions de travail pour la préparation du programme présidentiel. Il a été également candidat aux élections législatives dans la huitième circonscription des Français de l’étranger.

Christine ANNOOT, née POPOVIĆ (Calvados)

Christine Annoot a toujours été hostile à la prétendue construction européenne. Née en France en janvier 1958, d’origine serbe par son père et française par sa mère, elle sait que la France, comme la Serbie, son alliée de 1914, n’est la France que si elle est une puissance souveraine et indépendante. Après avoir été adhérente du RPR pendant 10 ans (comme cadre local de tendance séguiniste), puis du Rassemblement pour la France (RPF) de Charles Pasqua, Christine a participé au congrès fondateur de l’UPR le 25 mars 2007. Elle s’est ensuite laissée convaincre par Nicolas Dupont-Aignan, au point de devenir secrétaire départemental de DLF pour le Calvados et membre du Bureau National de DLF. Le rapprochement de Dupont-Aignan et de Marine Le Pen en 2012 – rapprochement qu’elle n’a pas supporté – a achevé de la convaincre de rallier l’UPR. Elle est aujourd’hui chargée de mission, conseillère municipale et adjointe au maire de Lisieux. Au…

Christophe BLANC (Rhône)

Né en 1980, Christophe Blanc est adhérent à l’UPR depuis 2011. Agriculteur, fils et petit-fils d’agriculteurs, il dirige une exploitation spécialisée dans les arbres fruitiers dans les Monts du Lyonnais. Il est notre responsable national en charge de l’agriculture depuis deux mandatures du Bureau national et est reconduit dans ses fonctions. Il a produit un long dossier explicatif des causes de la destruction de l’agriculture en France

Vincent BROUSSEAU (Allemagne)

Né en 1961, diplômé de l’École normale supérieure de Saint-Cloud et titulaire de deux doctorats, l’un en mathématiques et l’autre en économie, Vincent Brousseau était autrefois un « Européen convaincu ». Il décida de travailler à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort dès 1999. Après quinze ans passés dans cette institution, dont six ans au service de la politique monétaire, Vincent a complètement changé sa vision de la prétendue « construction européenne ». Au point de démissionner de la BCE pour être tête de liste UPR (circonscription Massif Central-Centre) aux élections européennes de mai 2014. Actuellement responsable national de l’UPR en charge de l’euro, des questions monétaires et du retour au franc, Vincent Brousseau est sans conteste l’un des meilleurs experts français, sinon mondiaux, de l’euro et de ses dysfonctionnements croissants.

Olivier DURNEZ (Nord)

Né en mars 1979, Olivier Durnez est issu d’une famille du Nord, dont une partie était résolument communiste pendant la seconde moitié du XXe siècle. Lui-même, ayant fait des études supérieures et étant devenu cadre, se qualifie volontiers comme étant « plutôt de gauche » par le cœur et « plutôt de droite » par sa connaissance des contraintes économiques et financières. Il est resté très partisan d’un fort service public à la française et se reconnaît pleinement dans les analyses et les propositions de l’UPR. Très gentil et chaleureux comme le sont généralement les gens du Nord, intelligent et sérieux, Olivier a eu le courage d’adhérer à l’UPR dès le mois de mai 2013, alors que l’UPR était encore très méconnue et ne comptait pas plus de 3000 adhérents. Par ses talents professionnels, sa capacité à rassembler les militants, Olivier est aujourd’hui notre délégué départemental du Nord, délégation très active…

Séverine FRIOL (Isère)

Née en mai 1981, Séverine Friol est Ingénieur hydro-électrique. Elle a adhéré à notre mouvement à l’occasion des élections européennes de 2014. Elle est désormais notre déléguée départementale pour l’Isère, délégation qui compte à ce jour plus de 525 adhérents. Elle a par ailleurs été candidate aux élections législatives de 2017 sous la bannière de l’UPR, dans la 1re circonscription de l’Isère.

Sylvain GARGASSON (Yvelines)

Sylvain Gargasson, né en octobre 1984, est l’un des piliers de l’UPR. Il a adhéré il y a 6 ans, à l’issue de la conférence « Qui gouverne la France ? » du 4 novembre 2011 à Nogent-sur-Marne. Le mouvement comptait à peine 600 adhérents. Bien que peu connu du grand public, Sylvain était en charge de l’informatique – qui est encore notre principal moyen de communication -, lors de la dernière mandature du Bureau national. Un poste de la plus haute importance, dont il aura la charge pour ces trois prochaines années, de par son expérience et sa maitrise de l’informatique et des réseaux. D’un dévouement et d’une gentillesse sans limites, ayant un grand sens des responsabilités, toujours calme et posé, même en cas de pannes informatiques, et toujours stoïque face à l’énervement qu’elles suscitent, Sylvain est aussi l’un de nos plus généreux donateurs et s’occupe des captations vidéos lors des entretiens d’actualité ou…

Béatrice HÉNOUX (Seine-Saint-Denis)

Née en juin 1966, Béatrice Hénoux est une adhérente de longue date de notre mouvement politique. Elle a en effet rejoint l’UPR en août 2011, lorsque le parti comptait alors moins de 600 adhérents. Béatrice est une femme énergique et de caractère, comme le prouvent non seulement son engagement politique précoce à l’UPR mais aussi son parcours professionnel atypique : ayant commencé sa carrière professionnelle comme professeur de lettres, elle a décidé – par lassitude devant les conditions de travail du corps enseignant – de changer du tout au tout en se reconvertissant en artisan-plombier. Mais son ancien métier de professeur de lettres lui a donné le goût de s’investir dans la correction de courriers et d’articles de l’UPR. Elle s’occupe aussi de la mise en ligne des événements locaux et nationaux sur l’agenda de l’UPR et a pris une part très active à la campagne présidentielle, en travaillant comme bénévole dans l’équipe de

Anne LIMOGE (Paris)

Née à Paris en 1976 et Parisienne depuis toujours, Anne a pour parents un père chercheur et une mère enseignante. Elle a des ancêtres vignerons ou agriculteurs aux quatre coins de la France, Touraine, Alsace, Normandie, Bretagne. Après une maîtrise de physique à l’université, Anne s’est dirigée vers l’enseignement, qu’elle considère comme l’un des plus beaux métiers du monde. Elle est actuellement professeur de sciences physiques. Adhérente à l’UPR depuis mai 2012, Anne a été candidate aux dernières élections législatives de 2017, dans la 9e circonscription de Paris. Elle est aussi notre responsable nationale pour l’éducation, domaine important que l’UPR compte approfondir au cours des prochains mois, notamment par la création d’une Commission Éducation qu’Anne aura la charge de piloter.

Jean-Christophe LOUTRE (Seine-Maritime)

Né en décembre 1968, Jean-Christophe Loutre est un Normand d’adoption, résidant depuis 26 ans en Seine-Maritime. Cadre commercial, il est un désabusé de la politique à laquelle il a pourtant beaucoup donné. Alors que la très grande majorité des adhérents de l’UPR sont des citoyens qui n’avaient jamais adhéré à un parti auparavant, Jean-Christophe Loutre appartient au contraire à la toute petite minorité de nos adhérents pour qui ce n’est pas le cas. Il a en effet adhéré à l’UMP en 2002, dans la foulée de la victoire de Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen en 2001. Il est resté adhérent de l’UMP pendant 7 ans, jusqu’en 2009, et il a même été délégué UMP de la 5e circonscription de Seine Maritime. Au point d’être candidat UMP à la mairie de Barentin (12 000 habitants) en 2008 et de siéger ensuite pendant 6 ans comme conseiller municipal d’opposition. D’abord UMP, puis sans étiquette lorsqu’il décida de claquer la porte du parti de…

Nicolas MARTIN (Rhône)

Lyonnais, né en 1974, musicien intervenant en écoles élémentaires, et clarinettiste, Nicolas Martin a beaucoup voyagé : à travers l’Europe, en Chine, au Mexique, au Canada, en Afrique du sud, etc. Se définissant comme « culturellement de gauche » et sensible aux idées de la décroissance, Nicolas a adhéré à l’UPR en mai 2010, à une époque où notre mouvement comptait moins de 250 adhérents. Il est le responsable national en charge des délégations depuis 2011 et est, à ce titre, l’un des membres de l’UPR qui connaît le mieux le mouvement de l’intérieur. Sa rigueur professionnelle, son sens de l’organisation et sa discrétion en font l’un des piliers de notre mouvement.

Isabelle NINVIRTH (Charente-Maritime)

Née en août 1962, Isabelle est de formation comptable et gestionnaire de crédits. Mère de quatre enfants en études supérieures, elle a quitté ses fonctions de responsable comptable en grande entreprise il y a quelques années et a suivi pendant 18 mois un cursus à l’Université en filière Droit. Mettant à profit son temps libre, elle a découvert sur Internet les conférences de François Asselineau et décrit volontiers avoir été absolument stupéfaite de réaliser la mécanique d’écrasement de l’expression démocratique en Europe en général, et en France en particulier. En juillet 2015, elle a adhéré à l’UPR. C’était la première fois de sa vie qu’elle adhérait à un parti politique. Devenue déléguée de l’UPR en Charente-Maritime, elle fait son entrée au Bureau national et aura à monter une commission sur un sujet qui la passionne, celui de la santé.

Alain PARISOT (Loire-Atlantique)

Né en septembre 1962, originaire du centre de la France, Alain Parisot est l’aîné d’une famille de 3 enfants. Après des études de mathématiques à la faculté de Tours, il s’est orienté vers l’informatique. Marié et père de famille, il habite à Nantes depuis 25 ans et travaille comme cadre commercial pour une PME. De sensibilité socialiste, Alain s’est détourné du PS et a adhéré à l’UPR en septembre 2012. Il est notre délégué régional des Pays-de-la-Loire.

David PAUCHET (Alpes-Maritimes)

Né en mars 1982, David Pauchet est originaire de Lorraine où il a vécu vingt ans. Ses études l’ont amené à obtenir les diplômes d’ingénieur de Supélec et KTH (Stockholm). Installé depuis 2005 sur la Côte d’Azur, il est actuellement ingénieur dans le domaine de l’informatique. Initialement intéressé par les discours de François Bayrou (sur la nécessité de traiter le problème de la dette) puis de Jean-Luc Mélenchon (critiques acerbes sur le modèle de société et la mauvaise redistribution des richesses), il a finalement découvert la conférence « Qui gouverne la France et l’Europe » de François Asselineau. Après avoir adhéré en avril 2014, il a été nommé délégué des Alpes-Maritimes puis délégué de la région PACA. Très actif, il est l’initiateur et le responsable de la revue de presse hebdomadaire de l’UPR qui satisfait un public de plus en plus large.

Guillaume PELLISSIER de FELIGONDE (Guadeloupe)

Guillaume Pellissier de Féligonde, né en décembre 1966, est spécialiste en technologie de laboratoire et adhérent de l’UPR depuis le mois de juillet 2013. Originaire d’Auvergne, il s’est installé en Guadeloupe depuis plusieurs décennies et y a fondé une famille avec une Guadeloupéenne. L’un de ses beaux-frères, à l’époque Conseiller régional, a parrainé la candidature de François Asselineau à l’élection présidentielle. Nommé par le Bureau national délégué départemental de la Guadeloupe, Guillaume est notamment l’auteur de plusieurs dossiers du plus haut intérêt que nous avons publiés sur notre site. En particulier d’un dossier très complet sur les travailleurs détachés, publié en août sur notre site internet.

Thierry PONS (Tarn)

Né en mai 1965, Thierry Pons est agent immobilier. N’ayant jamais fait de politique auparavant, Thierry a adhéré à l’UPR en mai 2014, séduit par les analyses convaincantes de François Asselineau et par l’honnêteté et la sincérité foncières qui émanent du mouvement que celui-ci a créé sans l’aide de quiconque. D’un abord extrêmement affable et sympathique, avec ce côté bon-vivant que l’on trouve dans le sud-ouest de la France, Thierry sait mettre à l’aise ses interlocuteurs et rassembler les équipes militantes du Tarn et des départements alentour. C’est la raison pour laquelle le Bureau national sortant l’a nommé successivement délégué du Tarn, puis délégué régional de Midi-Pyrénées. Son entrée au nouveau Bureau national est un moyen de saluer cette réussite dans le travail militant.

Gérard  POULAIN (Calvados)

Gérard Poulain est maire depuis 1995 de Vieux-Bourg, petite commune de 90 habitants située dans le département du Calvados, non loin de Pont-l’évêque. Il en était conseiller municipal depuis 1983. Réélu maire en mai 2014 pour une durée de 6 ans, il aime plus que jamais sa “commune au charme naturel, magnifique” et refuse de voir le rouleau-compresseur de la réforme territoriale prévoir sa disparition, contre la volonté très majoritaire de ses habitants. Se définissant comme un militant et un « Gaulliste de la première heure », Gérard Poulain a découvert l’UPR à l’occasion des élections régionales de l’an dernier et a adhéré à notre mouvement en novembre 2015. Ayant parrainé François Asselineau pour l’élection présidentielle, Gérard Poulain sera chargé des relations de l’UPR avec les élus et en particulier avec les maires ruraux.

Sophie SÉNAC (La Réunion)

Sophie Sénac, née en février 1970, est architecte de formation et adhérente à l’UPR depuis le mois de mai 2015. Militante UPR très dynamique et impliquée, comme son conjoint Alexandre, elle a été investie par le Bureau national de l’UPR candidate aux élections législatives de 2017 pour la 4e circonscription de la Réunion. Elle a d’ailleurs été l’une de nos 39 candidates et candidats à dépasser le score de 1% des suffrages. Dans le collège des titulaires du nouveau Bureau national, elle se verra attribuer le portefeuille « Infrastructures, urbanisme et logement ».

Mimoun ZIANI (Hauts-de-Seine)

Né en décembre 1978 en France de parents originaires du Maroc (à Oujda, dans le nord-est), Mimoun a acquis la nationalité française à l’âge de 16 ans. Il est actuellement médiateur dans un collège de Clichy. Adhérent à l’UPR depuis le 10 janvier 2013, Mimoun est devenu rapidement l’un des militants les plus actifs de l’île-de-France, notamment pour organiser les collages d’affiches qui ont tant impressionné les journalistes. Il est aujourd’hui délégué régional adjoint d’Ile-de-France. Mimoun a été candidat de l’UPR dans la 5e circonscription des Hauts-de-Seine lors des élections législatives de juin 2017.

Éric BOIZET (Alpes-Maritimes)

Né en mars 1961, Éric est l’un des plus anciens adhérents de l’UPR, puisqu’il a rejoint notre mouvement en février 2008, lorsqu’il n’y avait encore même pas 50 adhérents ! Il est même le tout premier adhérent à avoir décidé de rejoindre l’UPR uniquement au vu d’une première conférence de François Asselineau, enregistrée et diffusée sur Internet, dans des conditions techniques très rudimentaires à l’époque. Niçois d’adoption et photographe de profession, Éric a été notre tête de liste UPR dans le département des Alpes-Maritimes lors des élections régionales de 2015, et candidat aux élections législatives en 2017, dans la 1re circonscription des Alpes-Maritimes. Connu pour son franc parler, son solide bon sens et son horreur du « politiquement correct », Éric est un militant précieux pour faire connaître ce qu’il estime être les réactions populaires. Particulièrement doué pour trouver des formules-chocs qui…